­

Record de la plus longue connexion internet en mer sans système satellitaire ou cellulaire

Le 6 juin 2018 une expédition scientifique conduite par SEA-Tech Evolution en Irlande avec le concours de témoins issus du monde des sciences et de la mer a permis d'établir le record de la plus longue transmission de données en mer sans l'appui logistique d'un système satellitaire ou cellulaire (LTE).

Screen Shot 2018 06 09 at 19.24.21

Figure 1: Capture d'écran des stations SeaFi pendant les expériences offshore

Pendant plusieurs heures, le ravitailleur de haute mer Ocean Spey, affrété par Mainport, a fait route en ligne droite au sud du phare de Rochespoint dans le comté de Cork (République d'Irlande).

Le phare et le ravitailleur avaient au préalable été équipés de stations SeaFi. Chacunes d'elles pendant la durée des expérience sera supervisé par un opérateur qualifié. 

SeaFi permet de créer des réseaux privés dans les ports et les zones côtières en s’appuyant sur des phares, des sémaphores, des éoliennes maritimes, des plateformes de forage en fin de vie. Ces réseaux servent à connecter les navires et leurs équipages, ainsi que des bouées de mesure (météo, marées...). C’est un système radio sur la bande fréquence de 2.4 gigaHertz qui fonctionne un peu comme le système télégraphe de Marconi, avec des stations côtières et des stations embarquées.

Les données scientifiques enregistrées pendant toute la durée de l'expérience ont permis de mettre en évidence avec une grande précision le point de rupture du signal, établissant ainsi le record mondial de la connexion internet la plus éloignée des côtes sans support satellitaire ou cellulaire.

Après analyse et concertation avec les témoins experts indépendants, qui ont tous contribué à cette expérience de manière volontaire et bénévole, deux témoignages cruciaux ont été retenus: 

Screen Shot 2018 06 09 at 19.19.08

Figure 2: Tweet du Prof. Frederic Dias attestant de la distance de 35 kilomètres...

Le premier est celui du Professeur Dias de l'Ecole Normale Supérieure, détaché auprès de Dublin University. Le Professeur Dias se trouvait au phare de Rochespoint, et calculait en temps réel la distance entre le phare et le ravitailleur. A 16:33hrs, il a confirmé par un Tweet que la dernière connexion avait été établie à 35 km.

Le second témoignage est celui d'un bâtiment de la Navy. A 16:34hrs le Lt Cdr Brett, commandant le patrouilleur offshore LÉ James Joyce ayant reçu un email de l'opérateur SeaFi à bord du ravitailleur Ocean Spey, a immédiatement localisé le ravitailleur grâce aux systèmes RADAR et AIS embarqués sur LÉ James Joyce. 

Screen Shot 2018 06 08 at 18.42.35

Figure 3: Email du Lt Cdr Martin Brett attestant de la distance de 19.4 miles nautiques...

Pour faciliter la compréhension du lecteur, nous avons reporté sur une carte marine l'enchaînement des événements qui ont servi à établir le record, et produit un montage vidéo des écrans des deux opérateurs SeaFi...

  • 16:11 : L'opérateur SeaFi du ravitailleur Ocean Spey effectue une capture d'écran montrant la position du ravitailleur.
  • 16:14 : La capture d'écran est insérée dans le dernier email avec une capture d'écran représentant le compte Twitter du phare du Fastnet qui montre un tweet posté a 15:56 (on peut y lire 15 mn ago) ce qui permettra plus tard au experts de mieux estimer la distance...
  • 16:18 : L'email de l'opérateur SeaFi du ravitailleur est envoyé à 30 correspondants dans le monde, y compris les témoins officiels. A ce stade de l'expérience, le ravitailleur évoluant à la vitesse de 9.6 noeuds se trouve déjà à plus de 30 kilomètres du phare.
  • 16:19 : L'opérateur SeaFi du phare de Rochespoint confirme réception du mail. Le Professeur Dias, témoin officiel au phare de Rochespoint calcule la distance séparant les deux stations en tenant compte de la vitesse du ravitailleur.
  • 16:24 : Les opérateurs SeaFi prennent conscience du fait que la connexion se détériore rapidement et envoient un dernier message IP (Machine-à-Machine). A cet instant, le ravitailleur est encore connecté au phare et donc à Internet.
  • 16:31 : L'opérateur SeaFi du phare de Rochespoint envoie un dernier TRACEROUTE afin de vérifier si la station SeaFi du ravitailleur est toujours connectée au phare.
  • 16:32 : La station SeaFi du ravitailleur (code name Gemini) a perdu la connexion avec le phare au moment où le bâtiment de la Navy LÉ James Joyce qui patrouille au sud ouest de la position du ravitailleur en relève la position par Lat 51 30.05N Long 008 03.70W.
  • 16:33 : Le Professeur Dias à Rochespoint, qui ne connait pas la présence du James Joyce dans les parages du ravitailleur poste sur son compte Twitter les résultats de son calcul, établissant la dernière connexion du ravitailleur a 35 km du phare...
  • 16:34 : Le Lt Cdr Martin Brett, Commandant le James Joyce répond à l'email de l'opérateur SeaFi du ravitailleur, confirmant une distance de 19.4 miles nautiques du phare de Rochespoint (soit 35.9 kilometres) - L'opérateur du ravitailleur Ocean Spey, ne recevra cet email que tard dans la nuit, lorsque le ravitailleur, de retour de sa mission de ravitaillement, se connectera de nouveau au réseau SeaFi.

Près d'une quarantaine de personnes ont contribué à ce projet de quelques instants à quelques semaines. Les opérateurs Théophile Buyssens et Arnaud Disant, les techniciens Roddy O'Connor et Steve Hogan, la coordinatrice Sinead Furlong ainsi que les étudiants qui intègrent le programme d'internat d'informatique de marine depuis 2017: Robin Therond, Raphael Paulello et Jean-Christophe Faivre. James Power le gardien du phare de Rochespoint qui partage son expérience sans compter, depuis 2012...

L'armateur MAINPORT a soutenu les efforts de SEA-Tech depuis le lancement du projet. Le Directeur de la flotte le Capt. Dermot Curtin, les Superintendents Capt. Damien O’Sullivan and Capt. Dave Smith ont apportés conseils et soutien logistique. Vincent Gallagher superviseur technique a contribué à l'installation en temps record d'une station SeaFi à bord du ravitailleur Ocean Spey. Les témoins en mer, Capt. Mark Sloan et le Second James Darwin, ainsi que tout l'équipage à bord pour leur amical soutient, un sourire, un clin d'oeil, une tasse de café, un bon repas au mess car un record est fait de petits details...

Nos sponsors The Commissioners of Irish Lights depuis 2013, ont permit que le phare de Rochespoint soit utilisé afin de mettre au point SeaFi. Rittal, Quark-Elec et Polar Navy ont fournis tous les outils nécessaire. Les opérateurs ont utilisé l'excellent travail de Chris Veness (Movable Type Ltd) de Cambridge pour vérifier les distances de transmission. Un merci tout particulier à Gene Antsilevich de Polar Navy qui a travaillé dimanche et jours fériés aux US pour fournir le support technique nécéssaire.

Enfin merci à nos témoins experts tous bénévoles:

  • Prof Frederic Dias (Mathématicien) qui s'est assuré de la régularité des opérations au phare de Rochespoint et calculait en temps réel les distances entre le phare et l'expédition en mer.
  • Lt Cdr Martin Brett (Commanding Officer LÉ James Joyce) qui a confirmé la compatibilité avec les systèmes satellitaires et a donné la position exacte du ravitailleur au moment opportun.
  • Karle Grabe (RIC), Lecturer - Department of Computer Science (CIT) et le Capt. Bill Kavanagh qui ont inspecté le ravitailleur avant son départ et confirmé qu'aucun système autre que SeaFi ne permettait de transmettre depuis la station embarquée.
  • Dr Sean McSweeney & Sean O’Callahan (CIT) qui ont inspecté le phare avant le début de l'experience et confirmé qu'aucun système autre que SeaFi ne permettait de transmettre depuis la station située dans le phare. 
  • Capt. Mark Sloan & le Second James Darwin à bord du ravitailleur Ocean Spey qui ont confirmé que la station SeaFi à bord n'était reliée à aucun système autre que l'antenne sur bâbord située au dessus de la timonerie. 
  • Alexis De Sequeira enseignant Lycée Gustave Eiffel, Bordeaux controle des emails émis par le ravitailleur
  • Dave McDonald Fournisseur d'Accès Internet (FAI) Nova Broadband certifiant l'origine de la connexion internet à terre.
  • Eoin English reporter pour l'Irish Examiner et Conor Purcell reporter pour le magazine scientifique Cosmos The science of everything

 

Written by : SEA-Tech Evolution

­